Etudes de sols : le ministère confirme que l’étude préalable G1 globale suffit

 

Les aménageurs sont parfois confrontés à des difficultés pour faire signer les actes de vente en zone de retrait-gonflement d’argile.

Certains notaires exigent une étude de sol préalable (de type G1) pour chacun des lots commercialisés.

Rappelons que cette étude a pour simple objet de procéder à une première identification des risques géotechniques d’un site et à la définition des principes généraux de construction permettant de prévenir le risque de mouvement de terrain consécutif à la sécheresse et à la réhydratation des sols [1].

Le ministère…

 

Cet article est réservé aux abonnés.
Se connecter ou créer un compte pour lire la suite.