Logement : les 3 priorités d’Emmanuelle Wargon présentées à l’Assemblée nationale

« L’intégration du ministère du Logement au ministère de la Transition écologique est cohérente car les enjeux écologiques sont très forts dans le secteur du logement, de la construction, de l’urbanisme. Ce ministère reste dans la complétude des enjeux liés au secteur, écologiques, économiques et sociaux », déclare Emmanuelle Wargon, ministre déléguée chargée du Logement, lors d’une audition de la commission des affaires économiques à l’Assemblée nationale, le 21/07/2020.

Emmanuelle Wargon cite 3 priorités : l’amélioration de la qualité des logements et des bâtiments ; le développement d’une offre de logement abordable et la préservation du cadre de vie. « La politique du logement nécessite un partenariat étroit avec les élus locaux. C’est le mode de travail dans lequel je souhaite être », dit-elle.

Les 3 priorités « seront au cœur de la définition du plan de relance, doté de 100 Md€ dont un tiers dédié à la transition écologique et au moins 5 Md€ pour le secteur du logement et du bâtiment, fléchés en particulier sur la rénovation énergétique », indique la ministre. La rénovation énergétique des logements et des bâtiments est « un vecteur de reprise économique, pourvoyeur d’emploi dans les territoires et un moyen de lutter contre la précarité et de favoriser la santé de nos concitoyens ».

Selon la ministre, le plan de relance comportera « probablement un financement de la réhabilitation et de la dépollution des friches. Les arbitrages ne sont pas rendus ». Elle est revenue sur les besoins en logement abordable, la lutte contre l’artificialisation des sols et la place des quartiers pavillonnaires dans l’aménagement du territoire ainsi que sur les évolutions attendues sur Ma Prime Rénov’.

Logement abordable : « Développer l’offre nouvelle là où sont les besoins »

Évoquant le logement abordable, Emmanuelle Wargon a dit travailler « au développement de l’offre nouvelle là où sont les besoins ».

Dans le parc social, la ministre souhaite que les agréments se maintiennent au-dessus de 100 000 logements par an « malgré les difficultés ».

« Les dernières perspectives montrent que ce n’est pas acquis, un pilotage resserré de la programmation de logements sociaux est mis en place dès cet été, particulièrement nécessaire pour les PLAI ».

Emmanuelle Wargon ajoute qu’elle sera « attentive à ce que les collectivités territoriales respectent les obligations de la SRU ». « Nous devons appliquer le droit dans toute sa rigueur pour les communes pas au rendez-vous », ajoute-elle. Le bilan triennal 2017-2019 est en cours d’établissement.

Le développement des loyers maîtrisés dans le parc privé, « nécessite un investissement accru des acteurs institutionnels du logement, que je mobiliserai », indique la ministre.

Emmanuelle Wargon reprend également les objectifs de son prédécesseur Julien Denormandie, sur l’habitat indigne et l’hébergement d’urgence.

Cadre de vie : lutter contre l’artificialisation des sols

La lutte contre l’artificialisation des sols sera « accélérée », dit la ministre.

Compte tenu de sa population, la France est 15 % plus artificialisée que l’Allemagne, 57 % que le Royaume-Uni et l’Espagne. Entre 20 000 et 30 000 hectares sont artificialisés chaque année.

Le groupe de travail, lancé avec les parlementaires (dont les députés Sandra Marsaud et Jean-Luc Lagleize) sur le sujet, va poursuivre ses travaux, ajoute la ministre.

« Les quartiers pavillonnaires doivent être questionnés »

Interrogée sur le maison individuelle, Emmanuelle Wargon indique que la maison « reste un objectif, en revanche les quartiers pavillonnaires, sans aucun services, doivent être questionnés ».

La ministre prône un « nouveau modèle » issu d’une répartition entre maison individuelle avec jardin, maison de ville et logement collectif.

« La crise des Gilets jaunes a soulevé la question du pouvoir d’achat et des modes de vie, dans lesquels les lotissements sont des lieux difficiles d’accès », selon Emmanuelle Wargon.

Elle précise ne pas remettre en cause « le modèle de la maison individuelle » mais il est nécessaire de se questionner sur sa situation, « son univers collectif » et les accès aux services et transports commun ainsi qu’au lieux de convivialité.

Rénovation : vers une Prime Rénov’ élargie

« En 2021, nous allons continuer avec plus de moyens de mobilisation des CEE sur la rénovation globale et plus de moyens sur Ma Prime Rénov’ qui a vocation à s’étendre à tous les propriétaires occupants et bailleurs », indique Emmanuelle Wargon.

La « montée en charge » de Ma Prime Rénov’ continue (100 M€ supplémentaires sont prévus dans le PLFR 3).

Les barèmes ont cependant été réduit et les m2 plafonnés sur l’isolation extérieure, « pour éviter les escrocs », ajoute la ministre. « Il ne s’agit pas d’une mesure d’économie mais d’une mesure de pilotage, nous n’avons pas été assez rapide sur la fraude précédemment, l’objectif était de ne pas laisser s’installer des entreprises peu scrupuleuses ».

Poser une question, en savoir plus, laisser un commentaire ...