Les élus souhaitent une maîtrise territorialisée de l’ouverture à l’urbanisation

 

L’AdCF-Intercommunalités de France a adopté une motion déplorant l’approche purement mathématique de la lutte contre l’artificialisation des sols (objectif de réduction par deux) retenue par le projet de loi Climat et Résilience.

Elle souligne les risques d’effets contreproductifs qui pourraient nuire aux communes qui ont déjà consenti des efforts en matière de sobriété foncière.

Cette motion rejoint la position exprimée par l’Unam sur la nécessité d’accompagner les décideurs à l’échelle locale, par une ingénierie appropriée, en fonction de la réalité des besoins territoriaux (développement économique, environnement, mobilités, habitat, assainissement).

Elle invite consécutivement à modifier le projet de loi pour consacrer une planification urbaine contractualisée avec les autorités de d’État.

En savoir plus

Poser une question, en savoir plus, laisser un commentaire ...